Interview

Mohamed BOUBKER – Chargé de Projets

Mohamed BOUBKER – Chargé de Projets

Mohamed BOUBKER – Chargé de Projets

MOHAMED

 

Mohamed BOUBKER 

CHARGE DE PROJETS – PÔLE ACCOMPAGNEMENT RENFORCE

 

Pouvez-vous nous décrire votre parcours et ce qui vous a amené à œuvrer dans le milieu associatif et plus précisément en mission locale ?

Alors que je suivais des études en Administration et Gestion d’Entreprise, Maitrise AES que j’ai validé en 2005, j’occupais en parallèle un poste d’Assistant d’Education au Collège Léopold Sedar Senghor sur le quartier des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes.
Cette expérience m’a permis de découvrir le monde de l’accompagnement et du travail d’encadrement du jeune public. C’est un domaine avec lequel j’ai rapidement accroché  et qui m’offrait des perspectives d’emploi alors que je venais de terminer mon cursus.
Bien évidemment, j’ai commencé des démarches de recherches d’emploi en rapport avec mon diplôme mais je laissais la porte ouverte si une opportunité se présentait dans le secteur social, de l’insertion ou autres en rapport avec l’accompagnement du public. Inscrit à la mission locale en 2006, j’ai eu l’opportunité d’effectuer un bilan de compétences qui a révélé des dispositions à travailler dans le secteur de l’insertion professionnel ou dans le contrôle gestion.
Au cours d’un entretien avec ma conseillère à la mission locale, j’ai eu l’information d’un poste vacant en tant que Chargé d’Accompagnement Spécifique auquel j’ai directement postulé. J’ai été recruté sur ce poste au mois d’Octobre 2006.
Du poste de Chargé d’Accompagnement Spécifique, j’ai occupé le poste de Conseiller en Insertion Professionnelle jusqu’au poste de Chargé de Projets, que j’occupe aujourd’hui.
Quel est votre rôle au sein de la MIVE ? Parlez-nous de votre pôle et de ses dispositifs

Mon rôle consiste  à coordonner, développer et animer les dispositifs en lien avec le pôle Accompagnement Renforcé. C’est un pôle qui est spécialisé dans l’accompagnement du public qui cumul les difficultés, ou qui n’adhère pas un suivi régulier avec leur conseiller. Il s’agit de lever les problématiques pour les orienter sur un accompagnement traditionnel ou vers des dispositifs, dits de droit commun.
Selon vous, quel est le point fort essentiel de votre pôle ?

La force de notre pôle résulte du fait qu’il est constitué de personnes qui de par leur expérience terrain peuvent apporter un accompagnement adapté, mais également que nous avons la chance de développer un dispositif (Tremplin Vers l’Emploi – Séjour d’Extériorisation) qui tente de se rapprocher le plus possible des situations du public accompagné.
Racontez-nous en quelques lignes une anecdote ou un parcours qui constituerait l’une de vos plus grandes réussites à la MIVE.
Il s’agit d’un jeune que j’encadrais quand j’étais Assistant d’Education au Collège des Tarterêts. J’ai retrouvé ce jeune inscrit à la mission locale alors que j’occupais la fonction de Chargé d’Accompagnement Spécifique. Il cumulait des problématiques de justices, des problèmes d’hébergement, des problèmes de renouvellement de titre de séjour et venait de se faire expulser de son lycée.
La relation de confiance bâti toute au long du parcours nous a permis de traiter les problématiques les unes après les autres  et de mettre un travail dans la durée.
Dans un premier temps j’ai assisté le jeune à une commission de discipline à l’Académie de Versailles, ce travail de médiation a permis au jeune d’être réinscrit dans un lycée pour achever son cursus. Une fois réintégré au lycée nous avons mis en place un partenariat avec la MDS de Corbeil-Essonnes, ce qui s’est conclu par la signature d’un contrat jeune majeur.
A la fin de sa scolarité, le jeune revient vers la MIVE, il souhaite trouver un emploi et son contrat jeune majeur touche à sa fin, il doit trouver un logement. Il signe le contrat CIVIS ce qui lui permet d’obtenir des aides financières ponctuelles.  Etant passé sur le poste de Conseiller en Insertion Professionnelle, je l’accompagne dans sa recherche d’emploi et de régularisation de sa situation administrative.
Il intègre un chantier d’insertion dans le bâtiment qu’il ne pourra pas mener à bien pour cause de maladie.
Une nouvelle opportunité se présente, il signe un contrat d’accompagnement dans l’emploi. Il est embauché et obtient un logement autonome.
Aujourd’hui, le jeune est toujours en emploi, il a validé le permis de conduire et est autonome.
Un mot pour la jeune génération désireuse de se diriger vers une carrière en mission locale?

Je pense que c’est un secteur dans lequel il est possible de faire carrière, qui offre la possibilité d’exercer des métiers très intéressants et enrichissants. Néanmoins, il ne faut pas s’y orienter par hasard.
La patience et le sens du service doivent être la qualité première.
Quels sont vos objectifs pour l’année 2014 ?

Me stabiliser dans mon poste et y développer de nouvelles compétences.